Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par IRCE - Institut de Recherche et de Communication sur l'Europe - Une nouvelle vision européenne

Il semblerait que l'Europe soit aujourd'hui en perte de repères, ou plutôt que ses citoyens aient envie de changement. On oublie souvent tout ce qui a été créé depuis longtemps pour le bien-être de ses peuples à travers la paix, la circulation des marchandises et des personnes, la création d'une monnaie unique qui nous a donné des conditions financières sous-estimées mais également tout ce qui est initié pour les entreprises et les territoires et dont nous ne prenons pas forcément conscience. Pourtant, là où la communication est faite, le citoyen rencontré sur le terrain est capable de revoir ses arguments en comprenant que le coup de baguette magique réclamé peut également lui être fatal.

Même si le Parti Populaire Européen (PPE) restera a priori au pouvoir et installera cette fois un de ses chefs politiques à la tête de la Commission européenne, les votes ont plutôt sanctionné les droites libérales, qui ne rassurent ni ne protègent politiquement comme savent le faire les Etats-Unis et qui ne sont pas capables d’enrayer la hausse de l’euro, et ont fait valoir les peurs. Peurs de ne pas s’en sortir économiquement, peur de ne pas comprendre une Europe qui semble compliquée et inaccessible, peur de ne pas maîtriser l’avenir, peur de perdre une certaine identité qui pourtant est une de ses forces.

En France, le vote a sanctionné le gouvernement, comme aux municipales, sans se reporter sur la droite dite républicaine, en faisant valoir la couleur plutôt bleue marine des campagnes. Le centre droit, pédagogique et pragmatique, se stabilise.

La planche à secousse interne a fonctionné pour ce vote au niveau européen et non national. Il convient de veiller à ce que ce sursaut reste positif pour créer un raffermissement, voire peut-être une révision du système, sans pour autant le casser et rendre les Etats plus forts dans une Europe plus forte. Pour positiver, je préfère dire que l'Europe a pris son temps pour mûrir dans sa chrysalide mais qu'elle doit désormais prendre la forme d'un papillon dont les battements d'ailes pourront aussi créer des tempêtes dans le monde.

François CHARLES

Président de l’IRCE

Institut de recherche et de Communication sur l’Europe

Le Think Tank des dynamiques européennes

Maison de l'Europe de Paris – Dijon – Bruxelles

http://irce.overblog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article