Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par I.R.C.E. - Institut de Recherche et de Communication sur l'Europe - Une nouvelle vision européenne

Une fois n'est pas coutume, les Etats de l'Union européenne, à travers les institutions, semblent se rejoindrent face à l'attitude de Donald TRUMP au regard de ses décisions de sanctions des entreprises voulant commercer avec l'Iran.

Je dis bien semble car rien ne dit qu'individuellement chaque état ne peut donner des préférences, e compensation, aux Etats Unis dans des domaines non contrôlés par la Commission européenne, comme par exemple l'armement même si un fonds "industriel" a été mis en place pour acheter les produits fabiqués en coopération (voir précédent post sur notre site ci-dessous) et où peut-être les entreprises européennes pourraient recevoir des compensations financières en cas d'achat d'un équipement étasunien en concurrence ?Pourquoi ne pas répondre par un Buy European Act sur certains domaines ? 

Ce règlement européen de 1996, (voir ci-après) fut créé à l'origine pour contourner les sanctions américaines sur Cuba, la Libye et déjà l'Iran. Il permet de protéger les entreprises de l'UE des sanctions de pays tiers 

MAIS NOTONS BIEN QUE cette législation "interdit" aux entreprises européennes de se conformer aux effets extraterritoriaux des sanctions américaines, sous peine de pénalités fixées par chaque Etat membre, avec en compensation le droit à être indemnisées de tout dommage découlant de ces sanctions par la personne morale ou physique qui en est à l'origine. Enfin, elle annule les effets dans l'UE de toute décision de justice étrangère fondée sur ces sanctions. 

C'est bien souvent dans la crise que les organisations réagissent, et ce n'est pas que le cas de l'UE. Merci dont à l'IRAN, à D. TRUMP, à la Chine de pousser l'UE à se doter à nouveau d'une dimension politique. 

Les dirigeants nationaux et européens ne veulent pas afficher une guerre "commerciale" contre l'allié "militaire" européen, même si l'autre partie s'en moque bien et cherche à imposer ses vues sur le monde même s'il s'en défendait bien au départ, sauf pour America First.

Peut-on aussi se demander si les amendes sur les GAFA ont finalement été possibles considérant que D. TRUMP ne les aime pas non plus ? PSA et DANONE, voire TOTAL recevront-elles des amendes pour s'être retirées d'Iran et pour quel montant ? En auraient-elles reçu des Etats-Unis et est-ce finalement moins cher de se retirer que de les supporter ? Auraient-elles été compensées par l'UE ? notamment pour éviter que certaines entreprises passent sous contrôle étasunien pour couvrir les possibles peines financières infligées par la justice étasunienne 

Faut-il rentrer dans le jeu politique iranien qui cherche à contrer les Etats-Unis en rassemblant chinois, russes et européens, sans oublier un des sous-jacent de cette histoire qui est le soutien étasunien à L'Arabie Saoudite qui s'oppose à l'Iran sur la fourniture de pétrole. Les Turcs, qui s'opposent aussi assez souvent aux Etats-Unis, mais qui sont également pris dans le piège du dollar, sont loin d'être les rois du double jeu. 

ENFIN, l'Europe a-t-elle finalement évolué depuis 1996 et ne pourrait-elle  pas jouer le jeu du "sans toi" en se donnant la permission avec protection, notamment de pousser l'euro comme monnaie de référence avec une validation forte des Etats qui pourra à la fois consolider la zone euro et aussi entraîner la migration vers la zone euro et qui permettra aux entreprises, voire à certains états, d'effectuer leurs transactions internationales désormais en euro, monnaie forte depuis son lancement.

FC

APRES LA LOI DE BLOCAGE, IMPOSONS L'EURO COMME MONNAIE DE REFERENCE INTERNATIONALE
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article