Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par I.R.C.E. - Institut de Recherche et de Communication sur l'Europe - Le Think et Do Tank des dynamiques européennes

Même si rien n'est jamais acquis avec nos amis britanniques, le vote de la Chambre a été clair. C'est ce qu'attendait la majorité des Britanniques, qu'il fut dans un sens ou dans l'autre.

En cette période de retour de la lumière, la négociation pour le BREXIT, sur les bases renégociées de façon raisonnée, comme nous l'avions réclamé auprès de Michel Barnier,  va pouvoir continuer avec efficacité promise par Boris Johnson, avec un calendrier  non identique pour tout le monde, et si possible avec des objectifs mesurables, réalistes et réalisables.

Même si c'est pour certains une chance et pour d'autres un désastre pour l'Europe, rappelons que 'UE et ses membres doivent l'analyser, comme cela ne sera hélas sans doute  pas le cas étant donné l'élan annoncé sur certains domaines, mais qui doit intégrer que toute politique générale d'organisation doit savoir évoluer en fonction de certains aléas. 

S'il s'agit d'un désastre pour l'UE en elle-même,  certains l'analyseront aussi comme déclencheur de renaissances de certains réalités pour un de ses membres dont elle n'aura pas su maintenir l'intégrité historique s'il se disloque.  L'Ecosse, avec son âme restée indépendante, soutenue par ses alliés historiques (...) désireuse, elle, de relancer un référendum, pourrait s'inspirer des réalités, événements et aboutissements en Catalogne et pourrait donner des idées à l'Irlande du Nord supprimant ainsi le problème des frontières que Boris Johnson semble avoir néanmoins résolu de par les solutions techniques. 

Peut-être serait-il intéressant d'entendre la nouvelle Commission européenne "agile " et "géopolitique"  sur ces aspects qui touchent à la souveraineté de l'Union unie dans la diversité, sauf à inciter à un ménage intérieur, même si les comparatifs Ecosse/UK et Catalogne/Espagne sont structurellement différents, l'Espagne n'ayant d'ailleurs pas demandé son départ de l'UE.

Et si... finalement, une autre voie (voix) s'annonçait, plus simple, préservant tout et tout le monde sans chercher de solutions  bien difficiles à trouver ou à accepter et sans situation spéciale pour l'Ecosse ou l'Irlande : celle d'un BRINO  (Brexit in Name Only) avec une situation spéciale à la Norvégienne de quasi membre avec en plus une sorte de paradis fiscal (pour créer un fonds spécial) et avec zones franches annoncées plus fort que Jersey et Guernesey ?

Et si... BJ était prêt à lâcher du lest sur  sa money back que réclame aussi l'UE et qui pourrait inspirer cette fois les pays créateurs de l'UE envers les autres qui ont bénéficié de la générosité et de la solidarité sans idée initiale de retour ?

Et si... BJ était même prêt à continuer à financer à la carte nombre de projets de recherche et industriels même avec une voix affirmée à la carte ?

Et si.. finalement, BJ,  qui n'a pas besoin de remettre le pays au travail avec 3,8% de chômage, ne se souciait moins que cela de l'immigration dont les frontières dont déjà en dehors de Schengen, et qui nécessiterait une vraie compétence nouvelle avec inspiration des systèmes canadiens ou australiens ?

Et si... finalement , BJ ne voulait-il pas prendre une affirmation personnelle à Bruxelles dont il a une ancienne expérience, et simplement régler la négociation lui même sur des bases certes améliorées mais déjà établies négociées avec T. May mais qui ne pouvaient passer clairement au Royaume-Uni... où l'on revient en somme  à l'histoire d'origine du Brexit étant avant tout une affaire de personnes ?

Sans doute viendra-t-il nous l'expliquer de vive voix

FC et DLG

ci après certaines publication, précédentes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article