Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par I.R.C.E. - Institut de Recherche et de Communication sur l'Europe - Le Think et Do Tank des dynamiques européennes

Ci-après également certains articles de presse française. Bien que les dirigeants ou leurs ministres font entendre leur voix aux différents Conseils, ces élections dans chaque pays nous rappellent aussi les éléments de gouvernance particuliers de l'UE avec des conservations ou des changements possibles de tendance dans les pays en décalage avec la mise en place des institutions et de leurs feuilles de route élaborées souvent par d'autres décideurs souvent d'autres tendances qui doivent être pourtant et généralement suivies.  Mais rien n'empêche non plus aux institutions de revoir leur politique générale en cas de besoin. FC

De notre membre délégué à Varsovie :

Andrzej Duda a été réélu de justesse pour un second mandat, face au maire libéral de Varsovie Rafal Trzaskowski. Pour le parti Droit et justice au pouvoir, c'est un sérieux avertissement.

La réélection d'Andrzej Duda, reconduit, dimanche 12 juillet 2020, pour un second mandat présidentiel, à la tête de la Pologne, est évidemment, d'abord, un succès pour le parti conservateur-nationaliste Droit et justice (PiS), que certains experts voient plutot comme un parti nationalisto-socialiste, qui gouverne le pays depuis 2015. Le beau score atteint par son adversaire, le maire libéral de Varsovie Rafal Trzaskowski, constitue cependant un retentissant avertissement pour le pouvoir.

Parti tard dans la course, M. Trzaskowski, au profit duquel la candidate initiale du parti d'opposition Plate-forme civique (PO), en grande difficulté dans les sondages, s'était désistée il y a moins de deux mois, n'a pas seulement réussi à imposer un second tour au président Duda ; il a aussi remobilisé les forces démocratiques polonaises de manière spectaculaire. Le taux de participation de 68,18 % à l'élection de dimanche, le deuxième score le plus élevé (68,23% en 1995) depuis le scrutin historique de 1989, au moment de la chute du régime communiste, confirme la vigueur de l'élan démocratique suscité par la campagne du maire de Varsovie.

« David n'a pas terrassé Goliath » mais Le principal exploit de Rafal Trzaskowski et de son parti est en effet d'avoir frisé la victoire face à la machine financière du PiS déployée pendant cette campagne, en particulier sur les ondes des médias publics, et l'engagement total du gouvernement polonais depuis le 16 juin 2020, sur lesquels M. Kaczynski exerce un contrôle absolu.Ceci a été mentionné dans le rapport de l'OCDE.

Le pays n'a jamais été aussi divisé et l'hebdomadaire Newsweek titrait ce lundi «  Nous et eux »

Le face-à-face de deux Pologne, rurale et conservatrice d'un côté, libérale et citadine de l'autre, a atteint son paroxysme, dimanche 12 juillet, lorsque les premières estimations de vote, au soir du second tour de l'élection présidentielle, ont abouti à une égalité presque parfaite entre les deux finalistes.

Le résultat final est Duda 51.03% et 48.97% pour le maire de Varsovie ; ce qui fait 420.000 voix d'écarts sur plus de 22 millions de votants.

Les jeunes (18-29ans) ont votés majoritairement pour le maire de Varsovie (65%) et quant à leurs ainés(+60ans) pour le président Duda.

Traszkowski a remporté 10 des 16 régions polonaises mais Duda a remporté 1200 des 1800 cantons.

L'Union européenne, enfin, doit elle aussi analyser attentivement le résultat de cette élection. Au moment où se négocie un plan de relance exceptionnel pour combattre la crise économique due à la pandémie de Covid-19, dont la Pologne sera vraisemblablement l'un des grands bénéficiaires, il est impératif que ces nouveaux milliards d'euros ne soient pas attribués sans que les règles de l'Etat de droit communes aux Etats-membres soient respectées – y compris à Varsovie comme l'a mentionné l'Allemagne qui a pris la Présidence du conseil de l'union européenne au 1er juillet 2020.

PC

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article