Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par I.R.C.E. - Institut de Recherche et de Communication sur l'Europe - Le Think et Do Tank des dynamiques européennes

À l’occasion de la présidence allemande du Conseil de l’UE 2020, l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne à Paris,

                                                        Hans-Dieter Lucas,

avait le plaisir de vous inviter à un débat virtuel le 3 décembre 2020 avec 

Le député allemand Andreas Jung (CDU/CSU), vice-président du groupe parlementaire CDU/CSU et du bureau de l’Assemblée parlementaire franco-allemand,

et le député Laurent SAINT-MARTIN, rapporteur général du budget à la commission des finances à l’Assemblée nationale,

sur  « Les plans de relance nationaux et européens – des outils pour faire face à la crise et renforcer la souveraineté européenne »  ainsi que sur les défis auxquels l’Europe fait face actuellement. La discussion sera animée par Christian Schubert, correspondant économique du quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung. 

Ce débat ne porta que sur la France et l'Allemagne sans parler d'autres pays.  Aucun commentaire ne sera apporté au compte-rendu - voir notre prochain dossier sur le sujet avec diverses contributions

Après un hommage au décès de VGE, l'ambassadeur rappela que la France et l'Allemagne étaient unies dans la crise, qu'il existe de fortes convergences, que le plan de relance avait été particulièrement poussé par l'Allemagne pour sa présidence et qu'il en retournait aussi de la responsabilité des Etats. Il rappela ensuite que la souveraineté européenne ne reposait pas que sur la défense mais était aussi économique avec des investissements dans tous les secteurs 

Le député français expliqua l'accord inédit après un arrêt volontaire public de la production et de l'économie, qu'il s'agit d'une initiative franco-allemande, les répartitions du plan français de 100 milliards sont 40 via la dette commune européenne en 30% transition écologique sous forme d'investissements avec des aides pour les particuliers pour les habitations ou les véhicules propres, 35% dans la compétitivité avec essais de relocalisations et 35 % dans la cohésion avec formation à l'apprentissage; avec des demandes de contreparties aux entreprises en terme d'effort de croissance, que les mesures efficaces sur les imports de productions en France et la TVA en Allemagne étaient  liées à des besoins nationaux, que la demande sera une conséquence du redémarrage de l'offre; que la croissance devra être forte en 2021; que l'espoir d'un accord entre européen reste d'actualité, que les aides ne sauveront sans doute pas toutes les entreprises soutenues; que la réforme sur la retraite devra avoir lieu ensuite.

Le député Allemand  rappelle d'entrée les mesures communes sur la non importation de produits médicaux, qu'il existe des imbrications profondes entre les pays qui vont d'appuyer mutuellement, qu'il faudra retrouver la normalité de l'équilibre budgétaire, qu'il ne faut pas des traductions nationales des uns vers les autres mais de véritables projets franco-allemands notamment à partir de la liste du traité d'Aix à savoir par exemple Fessenheim, l'hydrogène, l'IA et la liaison ferroviaire Paris-Berlin; du besoin de mix entre court terme pour les besoins de trésorerie et moyen terme pour les investissements; avance l'espoir d'un déblocage au niveau européen; rappelle la critique faite en Allemagne de l'aide trop grand aux petites entreprises et qu'il faut mettre à profit la crise pour accélérer

Questions qui ont été proposées au fil de l'eau mais non retenues  :

- Nous avions vu, dans un autre petit déjeuner à l'ambassade, les différences de décision sur les projets entre la France et l'Allemagne. Ne faudrait-il pas imaginer un agence propre de style OCCAR comme dans l'armement ?

- Qu'en est-il du cantonnement (isolement) de la dette en France et en Allemagne ?

- Qu'en est-il de la notion, nécessité et des outils de remboursement en F et D ?

FC

 

TEXTE DU TRAITE D'AIX LA CHAPELLE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article