Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par I.R.C.E. - Institut de Recherche et de Communication sur l'Europe - Le Think et Do Tank des dynamiques européennes

En cette journée d'anniversaire du décès de Napoléon, qui a apporté une pierre à la construction européenne, nous republions le chapitre 8 des "rêves européens" ainsi qu'un nouvel article. 

Certains se demandent s’il faut ou non célébrer le jour d’anniversaire de la mort de Napoléon 1er sous prétexte de certains points durs militant pour un bannissement de l’histoire. Peut-être serait-il également opportun de se rappeler d’autres réalités qui ont marqué l’Europe mais également rappelé son caractère et son identité qui durent encore aujourd’hui.

Par François CHARLES

Conseil en stratégie et management, expert relations européennes et internationales, président de l’Institut de Recherche et de Communication sur l’Europe (I.R.C.E.), auteur des « Rêves européens »

Bonaparte, militaire immortel devant accomplir un destin, fut bien un opportuniste rebondissant sur son savoir-faire militaire pour combattre les ennemis de la révolution dont il était le serviteur, luttant contre une Nation en rébellion monarchique, comme quand on lutte aujourd’hui contre l’Etat islamique. Napoléon, se considérant comme incompris, fut aussi un leader, à la fois responsable, opérationnel, de processus et même ensuite évhémère pour la France et l’Europe dans les autres domaines, notamment dans son oeuvre sociale qui aurait pu cristalliser l’Europe, reconnue même en Espagne, à l’image de la France dans une certaine organisation administrative en tentant notamment de préserver la paix, en s’alliant même par mariage avec l’Autriche, certes pour assurer une certaine descendance. Mais le voulait-elle, au même titre qu’actuellement certains pays réclamant aussi la prise en compte d’une certaine identité propre et d’une vision de l’Europe qu’ils avaient avant leur libération du rideau de fer mais que Napoléon voulait également protéger de la Russie et de son dirigeant.

Certains le rapprocheront de son neveu Napoléon III, non pas pour s’être remis aux Anglais, où il était plus aimé que son gardien de Sainte Hélène, mais pour rappeler que les deux ayant d’ailleurs œuvré pour la réunification de l’Allemagne qui ne l’avait pas non plus demandé mais qui s’en porte bien aujourd’hui avec sa grandeur économique et industrielle qui dirige l’Europe en regard de compétition avec la France depuis Napoléon III, se rappelant quant à elle la bataille « des nations » de Leipzig qui sonna le vrai début de glas de Napoléon en Europe, mais qui réussit néanmoins encore à rassembler ces Nations au traité de Vienne puis à Waterloo, réinstallant ensuite la royauté momentanément en France comme à leur objectif initial, avec notamment un mode de fonctionnement qui leur était plus proche.

Certains le compareront à Charlemagne, certes pour l’idée de Sainte Empire, mais pour l’intégration des compétences nationales dans sa grande armée des nations, dirigée uniformément comme quand la France attire ses alliés en opération extérieures. Foch dira néanmoins plus tard qu’il avait moins de considération pour Napoléon depuis qu’il avait commandé une coalition. Certains le rapprocheront à De Gaulle, également opportuniste qui sauva l’identité trop vite perdue de la France mais qui n’avait pas non plus tout imaginé et avait rebondi sur un sursaut déjà enclenché avant son arrivée qu’il avait su porter et cristalliser.  Certains penseront à d’autres dont un qu’il conviendra de ne pas citer suite à ses actions ensuite négatives et qui pourtant avaient apporté un réel élan également en rebond opportuniste.

Nous pourrions aller à César dans son art pour réécriture l’histoire, aux Ducs et princes de Bourgogne quant à la situation stratégique des Flandres et des plats pays, au Saint empire romain… germanique.  Certains l’ont vite rapproché du Président Macron, qui connait bien les observations de Machiavel, qui tente de composer avec l’Allemagne et d’imposer ses visions pour l’Europe, dont il se sert comme il l’affirme devant le Parlement européen, avec un ciment avec la France, qui se montre bien fragile à la moindre défaillance. Reste à savoir quelle position adopter à nouveau vis-à-vis l’Angleterre et son royaume désormais peut-être désuni ?

NAPOLEON ET L'EUROPE

Chapitre 8 - Rencontre avec Napoléon 1er

La nouvelle unification européenne

 

  • N : Bonjour !
  • FLS : Oui… bonjour … oh ! Napoléon ! Oh pardon Sire
  • N : Eh oui c’est bien moi, vous pouvez m’appeler Napo, comme on vous appelle Sarko, du moment que vous ne m’appelez pas Popo comme Marie-Louise…
  • FLS : Non je n’oserais pas.. et je ne savais pas … mais vous savez, avec Carla, c’est pas mieux ! …avec son  « Françounet ».
  • N : Ah ces femmes…
  • FLS : Comme vous dites !
  • N : Mais là nous avons déjà un point commun.
  • FLS : Peut-être …
  • N : Je sais que Cécilia restera la femme de votre vie, comme pour moi avec l’incomparable Joséphine, même si…
  • FLS : Oui, nous sommes bien faibles.
  • N : L’une nous porte chance ou nous motive et nous continuons avec un autre ou d’autres ou plutôt ensuite d’autres continuent avec nous. Mais elles nous oublient volontiers comme ma chère Marie-Louise passant de lettres enflammées à un blâme trop facile pour sauver sa personne. Une certaine schizophérnie. Cela me rappelle aussi mes passages à Châtillon sur Seine … proche de Montbard.
  • FLS : Châtillon ?
  • N : Oui enfin pas pour l’échec des pourparlers de paix de la campagne de France…
  • FLS : Vous lisez mes pensées.
  • N : Facile, vous êtes ma réincarnation.
  • FLS : On me le dit parfois.
  • N : Entre Neuilly et Courbevoie, il n’y a qu’un pas ! De même qu’entre les Invalides et l’Elysée…
  • FLS : Alors … Vous y êtes ou non enterré ?
  • N : Et pourquoi pas toujours vivant pendant que vous y êtes ! Oui certes pas au bord de la Seine, où il y a néanmoins une plaque. Mais tout de même, l’endroit est sympa. Et tout ça dans un seul cercueil, pas comme à Ste Hélène et mes 5 ou 7 cercueils comme des poupées gigognes, je ne me souviens même plus, à croire qu’ils avaient peur que je ressuscite !. Chuttt … Les frères Mutte peuvent nous entendre… Et que dire des autres historiens ! Ah je ris quand je les lis, sauf Castelot peut-être…Même s’il a oublié que j’ai beaucoup grandi quand j’étais en garnison à Auxonne et que je passais voir la châtelaine de Berbys aux Maillys, le village d’à côté.
  • FLS : Il a su toucher le cœur et beaucoup de gens croyaient que vous n’en n’aviez pas. 
  • N : Tout comme vous ! Nous le cachons bien si non nous ne pouvons être de vrais chefs, pas comme votre … comment au fait ? Gouda ? Comté ? Ah non … Flamby ! Quel drôle de nom pour un Président ! Entre nous, je n’aime pas ce manque de respect mais bon, si cela amuse les Français…
  • FLS : Ce « petit calomniateur » comme je l’ai appelé. Cette phrase m’a sans doute coûté ma non réélection…
  • N : Oh c’est peut-être autre chose. Je me souviens des Français qui m’ont mis dehors en 1814 accueillant avec liesse les Autrichiens, ces fameux Autrichiens qui n’ont pas quitté leur vue sur la France depuis leurs liens avec Marie de Bourgogne et Charles Quint.
  • FLS : En effet…
  • N : Et souvenez-vous ensuite que les Français m’ont acclamé 100 jours après, quand ils en avaient déjà marre de Louis XVIII en oubliant tous leurs griefs et en acceptant presque les nouveaux impôts qu’il fallait relancer.
  • FLS : Mais est-ce bien la vérité ? L’armée était orpheline mais le commerce refleurissait. Vous n’étiez soutenu que par votre armée, même si le peuple a bien aimé se rappeler de vous ensuite.
  • N : Oui un peu comme votre armée de militants qui vous a fait croire à votre retour ! Vos cents jours à vous en quelques sortes.
  • FLS : Je ne rajouterai pas de commentaires… sauf que Nasser avait encore le peuple derrière lui même quand il a perdu la guerre contre Israël.
  • N : Oh vous savez, avec 500 canons la révolution aurait vécu, tout comme mon retour. Mais les gens voulaient encore du rêve. Entre nous, le Roi ne la voulait-elle pas cette révolution quand il poussait les nobles à participer aux charges fiscales ? Lors de mon retour, je remerciais même mon oncle Louis, le « gros cochon », comme disaient mes soldats, de m’envoyer des troupes, qui aussitôt me rejoignaient.
  • FLS : Vous êtes mieux placé que moi maintenant pour lui poser la question, d’autant plus que vous êtes rentrés dans la famille ! Et on a bien vu que vous reveniez sur une politique monarchique après votre mariage avec Marie-Louise d’Autriche. Y étiez-vous obligé ? Un peu comme quand les socialistes font une politique de droite mais pas pour les mêmes raisons
  • N : Je ne me souviens pas trop …. Mais je vous l’ai dit, j’ai épousé un ventre, Joséphine sera toujours là !
  • FLS : Mais un joli ventre, vous n’avez pas résisté longtemps !
  • N : Et qu’en sera-t-il pour vos cendres ? Rappelez-vous, comme je vous l’ai déjà dit, j’étais dans 7 cercueils ! Pire qu’une momie. Les Anglais avaient trop peur que je ressuscite ou que l’on profane ma tombe ! Mais pour mon retour, organisé par Louis Philippe, qui voulait une relance patriotique, comme Napoléon III ensuite, oui, je me souviens bien qu'il y avait une liesse populaire !
  • FLS : Oui presque, car si l’armée avait été aussi unie qu’avant, vous auriez gagné à Waterloo ! Vous aviez presque gagné d’ailleurs, Wellington n’en menait pas large.
  • N : Ah les trahisons… Comme pour le Téméraire !
  • FLS : Oui enfin tout le monde était perdu dans le brouillard de la poudre, même Grouchy ! D’ailleurs, on a jamais su où il était passé celui-là.
  • N : Et ce fou de Ney ! Ah au fait bravo à Wellington d’avoir tenu tête aux Prussiens ensuite ! Comme quoi, entre alliés…
  • FLS : Ah ?
  • N : Oui ! Pour qu’ils évitent de trop piller par revanche. Vous saviez que la ligne d’occupation ressemblait à peu près à celle de 1940 ? Ah tiens au fait, vous en pensez quoi de la façon dont François Hollande a viré sa femme, elle qui avait tout fait pour le remettre en selle !
  • FLS : Oh … un peu trop parfaite et persévérante pour moi, j’ai déjà donné ! Je préfère les femmes qui m’admirent et me supplient sans trop me recadrer.
  • N : Je sais… je sais…
  • FLS : Mais vous n’êtes pas là pour me parler des femmes, non ?
  • N : En effet !
  • FLS : Quels sont vos plans ?
  • N : Vous me parlez en militaire, j’aime bien. Il nous faut reprendre le pouvoir, mais le bon ! Comme je le disais déjà de mon vivant, l'Europe marche vers une transformation inévitable. La retarder, c'est l'affaiblir par une lutte inutile; la favoriser, c'est se fortifier des espérances et des volontés de tous. Mais souvenez-vous aussi qu'avec de l'audace, on peut tout entreprendre, on ne peut pas tout faire !
  • FLS : Oui, comme vous dites.
  • N : Vous n’avez bossé que 5 ans !
  • FLS : Vous y allez fort.
  • N : Mais c’est pourtant vrai, le reste ne compte pas.
  • FLS : Si vous le dites. Mais de nos jours un an compte pour 5 ans du vôtre avec nos nouvelles technologies.
  • N : Pensez vous en avoir fait autant que moi ?
  • FLS : Autant que vous ?
  • N : Retournez donc aux Invalides. Il y a une plaque autour de mon tombeau, en bas, qui dit qu’en matière de lois, les Français auront plus profité de mon passage que de tout ce qu’ils avaient connu avant ou quelque chose comme cela.
  • FLS : Oui oui… je l’ai vue, je ne voyais qu’elle
  • N : Ah vous voyez !
  • FLS : Je vois aussi où vous voulez en venir.
  • N : J’aimerais que vous consolidiez l’Europe de 1812 et au-delà. Il y a une fenêtre de tir ! J’avais redéfini les équilibres, notamment avec Austerlitz dans l’actuelle République tchèque, la défaite et la fin de la prédominance autrichienne sur l’Allemagne… Ce qui ne l’empêche pas de célébrer la victoire de bataille des Nations de Leipzig en 1813 !
  • FLS : La France d’abord non ? Vous n’étiez pas artilleur pour rien ! Mais c’est déjà fait.
  • N : Vous rigolez ? Tout le monde se marre en dehors des frontières, passez à une autre étape ! Adoptez donc ma tactique révolutionnaire depuis Valmy qui cassait tous les codes, comme par exemple de ne  pas attaquer à l’heure du thé. Et rien de tel que de renforcer les frontières externes pour lutter contre votre Front National qui n’aura plus de substance ! Quant aux opérations de communication, comme  au pont d’Arcole … ça vous savez faire.
  • FLS : Mais nous ne faisons plus la guerre.
  • N : Et les lois ? les crises internationales ? La guerre économique, les migrants ! vous en faites quoi ? Tiens d’ailleurs pas mal La NSA !  Fouché en serait jaloux !
  • FLS : Elle nous aide d’ailleurs à nous rapprocher entre Européens. Rien de tel qu’une crise et une petite écoute.
  • N : Va falloir que vous m’expliquiez ça au fait, car mes espions n’étaient pas aussi performants.
  • FLS : On regrette parfois aussi le bon vieux temps !
  • N : J’aimerais bien aussi que l’Allemagne se souvienne que j’ai été le catalyseur de la confédération du Rhin.
  • FLS : Une belle réussite ! Sans parler de votre rôle de modérateur pour la confédération Suisse.
  • N : Oui je voulais aussi faire un Parlement européen et étendre largement le code Napoléon.
  • FLS : Mais cela s’est un peu produit, non ?
  • N : Oui mais de façon semi-homogène, en 22 ans j’ai réussi à rassembler l’Europe. J’avais déjà décentralisé en France avec la consolidation des départements et d’une certaine façon des régions proposées  en 1791,  avec un partage en dix arrondissements sans encore la Savoie annexée définitivement en 1860. Elle semblait plus intelligente. Tiens, prenons l’exemple de la Bourgogne et de la Franche-Comté. Au-delà de l’économie, l’histoire de ces deux régions voisines est tumultueuse. Elles ont souffert l’une contre l’autre, et il existe entre elles une réelle frontière toujours aussi perceptible que celle entre la France et l’Allemagne. Etant auparavant rapprochées au sein du royaume de Bourgogne, elles furent divisées en deux au traité de Verdun en 843 : une Bourgogne franque à l'ouest, futur duché, dont la quasi actuelle région Bourgogne sans l’Auxerrois, et une Bourgogne impériale à l'Est dans laquelle se trouve notamment la Franche-Comté de Bourgogne. Les deux  territoires seront rapprochés en 1236 puis 1318 par mariage et héritage et auront un destin commun durant le règne des ducs de Valois jusqu'en 1477, date d'une nouvelle séparation. Charles le Téméraire, qui n’a jamais vraiment vécu à Dijon, sauf à y passer durant sa gérance itinérante, s’était tourné vers les princes germaniques, comme d’ailleurs aussi avec les Anglais, par opposition au roi de France.
  • FLS : Il s’en souvient !
  • N : Oui, sans doute mais laissez-moi continuer. A la mort du Téméraire à Nancy, et suite à la volonté du roi de France de reprendre ses terres, sa fille Marie de Bourgogne s’empressa en 1477, de remettre le Comté « affranchi » à nouveau dans l’empire romain Germanique avec cette fois son mariage avec Maximilien 1er d'Autriche. Ce dernier fut ensuite dirigé  assez longtemps par Charles Quint avec des influences allemandes, autrichiennes et espagnoles, que l’on retrouve avec ses clochers rappelant la croix de Charlemagne, comme ses voisines d’Alsace et de Lorraine, qui l’étaient encore il n’y a pas si longtemps. Il faudra attendre Louis XIV pour que Franc-comtois et Bourguignons soient rattachés à nouveau à la couronne de France avec des gestions propres à la fin de la guerre de 30 ans (1618-1648) où le Jura a perdu la moitié de sa population.
  • FL : Oui, j’ai appris cela.
  • N : Mais ces deux régions, aux accents différents, se sont soulevées ensemble « unies dans la diversité » en mars 1815, la Franche-Comté luttant en juillet cette fois au Rousses contre les Autrichiens pour la dernière bataille du second empire. Mais ce sont bien St Jean de Losne et Tournus, en Bourgogne, qui eurent la légion d'honneur.
  • FLS : Ah ces fameux Autrichiens…
  • N : Oui ! remontés contre moi après l’île d’Elbe. Bien sûr il faut gommer ces disputes notamment avec le brassage des populations, même si le peuple des montagnes et peuple des plaines ne sont pas forcément faits pour vivre ensemble. L’Europe et la France sont ainsi faites de diversités humaines qu’il faut considérer, de même que l’Yonne n’est pas la Côte d’Or et que le nord Côte d’Or n’est pas la riche plaine sablonneuse du Val de Saône. S’agissant des produits, espérons que les viticulteurs bourguignons seront prêts à aider la promotion des vins du Jura. Espérons que les industriels pratico-pratiques franc-comtois seront prêts à aider leurs voisins à ne plus grogner quand il s’agit de répondre à un appel d’offre fastidieux. Inversement, espérons que les Franc-comtois seront prêts à découvrir le monde.  Mais tout est possible. Qui aurait dit il y a 60 ans que les Français fraterniseraient avec les Allemands, sauf qu’ici le temps passe et que les Francs-comtois ne sont toujours pas pressés de côtoyer les Bourguignons. On l’a bien vu aux dernières élections ! quel camouflet pour l’ogre Sauvadet qui n’a qu’un siège de plus que le Front National. Il se croyait le lièvre mais c’est bien la tortue qui a gagné au final. Et on voit bien la division avec son pote de lycée Joyandet. Pour lui c’est le rassemblement du moment qu’il est le chef. Il n’avait qu’à laisser la main.
  • FLS : Oui, bon… n’oubliez pas que c’était mon poulain
  • N : Justement, mais un poulain qui dit que l’Assemblée nationale ne sert à rien mais qu’il y reste tout de même, peut-être finalement pour se protéger ! Bon passons, enfin, rappelons-nous que la déconcentration et la décentralisation ne datent pas de F. Mitterrand ni d’E. Balladur mais étaient déjà instaurées du temps de Louis XI, puis Louis XIV, certes pour des raisons différentes. Pour revenir sur le projet de 1791, on y voit qu’Auxerre et l’Yonne sont rattachées à l’Île de France, que la Nièvre est rattachée au Centre, la Saône et Loire au Sud-est et la Côte d’or à la Champagne, au Jura, au Doubs et à l’Alsace. Etait-ce économique, administratif ou simplement pour casser l’esprit bourguignon ? Peut-être aurions-nous pu en profiter en 2015 et penser autrement pour agir autrement dans une vraie logique marketing au-delà d’un simple processus administratif. Rappelons-nous aussi que Dole était la première université d’Europe du temps des Valois. Et donc avec 22 ans de plus je lui aurais donné de vraies bases de fonctionnement avec ou sans l’Anglais.
  • FLS : Vous excitez mes sens et mes envies .
  • N : Tout doux mon ami, je ne suis pas une fille facile !
  • FLS : Je ne vous connaissais pas ce ton blagueur !
  • N : Oh c’est Kroutchev et ses blagues ! Et souvenez-vous toujours que le Tsar Alexandre, bien que mon ennemi, a toujours été bienveillant avec moi et avec la France face aux empires allemands et autrichiens et même aux Anglais. Quant à moi j'ai fait des erreurs mais la plus grande a été de croire les Anglais loyaux.
  • FLS : On ne doit pas s’ennuyer là-haut. Pour les Anglais, les Français ont connu Mers el Kébir aussi...Pourquoi parlez-vous de la Russie ?
  • N : Parce que l’Europe va jusqu’à l’Oural pardi ! Mais elle peut aussi vous aider à profiter de l’OTAN, sorte de méga confédération du Rhin, en tant que catalyseur et en jouant même les régulateurs et activateurs de crises. J’ai bien dit « profiter ».
  • FLS : En somme l’OTAN au service de l’Europe ? Quelqu’un me l’a déjà dit.
  • N : En effet… mais avec une identité européenne, voire française évidemment ! J'aurais du agir de façon défensive comme l’OTAN en restant dans mes frontières. Peut être ne serais-je pas allé dans cette galère de Moscou.
  • FLS : Les Ukrainiens l’ont bien compris !
  • N : Ah les pays de l’Est… je découpe, je redécoupe et les minorités se révoltent…! Et vous savez, le problème avec les Russes c’est qu’ils pensent que nous ne comprenons rien à la Russie. Mais ils n’ont jamais compris non plus que nous étions amis…Bon à part du temps de De Gaulle, mais c’était pour mieux exister face aux Ricains alors que De Gaulle croyait qu’il était aimé. Pour ma part, et vous le savez bien, je suis bien le seul à être allé jusqu’à Moscou pour défendre la Pologne et l’Europe, certes coalisée contre moi. Et enfin à part Hitler, qui voulait tout conquérir jusqu’à l’Oral, qui donc à l’ouest a voulu envahir la Russie ? C’est leur technique de terre brûlée qui les fait envahir plutôt que résister. Alors peut être devraient-ils arrêter avec leur blâme d’agressivité. Tout cela à cause de dirigeants et manipulateurs russes qui n’ont pas fait le deuil de la grande Russie, ni plus tard de l’ancienne URSS
  • FLS : Et parce que des dirigeants et penseurs occidentaux oublient aussi qu’ils peuvent être des sources de conflits.
  • N : La guerre va éclater, c’est écrit. La seule chose que vous pouvez faire, c’est de retarder l’échéance.
  • FLS : Oui..oui… Mais dites moi, la réaction suédoise était-elle bien légitime ou l’annexion était-elle normale face à votre occupation de leurs terres  continentales … Comme quand Vladimir Poutine     envahi l’Ukraine ? 
  • N : Ah celui-là ne m’en parlez pas, ce Bernadotte choisi par les Suédois, en quête d’un dirigeant, en souvenir de son comportement envers les prisonniers suédois de la coalition, et qui a combattu la France !
  • FLS : Mais qui est resté neutre pour les 100 jours. Auparavant, vous étiez bien content de voir votre rival s’éloigner.
  • N : Mon « rival » !? 

Napoléon monte les yeux au ciel, puis il reprend

  • N : Si ! La fierté que nous pouvons avoir est que finalement le système suédois a été créé par un français qui ne pouvait le faire en France.
  • FLS : Et éviter un second assassinat après celui du Duc d’Enghien…

Un ange passe encore

  • FLS : Revenons aux minorités, elles existent encore vous savez !
  • N : Ah ? Un seul chef, c’est bien la solution, même si Joffre ou Foch, je ne sais plus, disait qu’il avait moins de respect pour moi depuis qu’il avait commandé une coalition en 14-18…Une Europe uniforme … Si j’ai bien suivi Jean Monnet et le Général Gaulle.
  • FLS : « De » Gaulle, zallez pas jouer les Giraud … comme « Le » Sarko.
  • N : Ah ces nobles… il y a façon et façon de commander, vous ne pensez pas que j’avais une sorte de coalition ? Non ?
  • FLS : Et que pensez vous de la Pologne ?
  • N : Ah la Pologne….Marie Walewska. Tiens vous saviez qu’en 1939, les Polonais vous avaient acheté des avions ?
  • FLS : Eh oui ! On se demande pourquoi ils ont ensuite acheté des F-16… Et dit-on avec l'argent de l'Europe !
  • N : A cause des Américains, donc à cause de moi car le territoire américain a doublé quand nous avons vendu les terres françaises. Les Polonais sont très liés aux Etasuniens car il ne faut pas oublier qu’un général polonais a aussi débarqué avec Lafayette pour aider les Américains dans leur guerre d’indépendance, comme ensuite un général l’a fait avec la France en 1939. Mais savez-vous aussi qu’un général polonais a créé Westpoint ? Certains pensent que si les Anglais quittent l'Europe, les Polonais les remplaceront.
  • FLS : Oui mais à part ça ?
  • N : Elle est un autre moteur européen. Comme le moteur franco-allemand ou le franco-britannique… Paraît-il…Je voulais en faire un vrai contrepoids européen, une France bis prenant la Prusse en tenaille, et nous sommes si proches culturellement. L'Ambassadeur a même dit que beaucoup de Polonais parlent Français depuis que De Gaulle imposait les cours en Français.
  • FLS : Et parlent Allemand aussi après le découpage de 1945. Les minorités sont un sujet que les Français ne connaissent pas trop, sauf peut-être en Alsace Lorraine. Cela a bien changé, maintenant ils sont imposés en anglais en France…Mais pourquoi ne pas vous être marié avec la polonaise ? ou une russe ? Plutôt que rentrer dans la famille de Louis XVI et de Charles Quint ! Pour beaucoup, la Pologne est plutôt signe de malheur.
  • N : La Pologne était acquise ! Tout comme vous quand vous nommiez d’autres personnes du camp opposé … et la Russie ne pouvait être qu’une rivale et un contrepoids, même si bienveillante.
  • FLS : Eh bien moi j’ai pris une italienne.
  • N : Ça c’est fait rapidement dites moi, comme avec Marie-Louise !
  • FLS : Ben, on est comme ça, vous et moi, non ?
  • N : Sacré Sarko va, vous savez que vous avez de la chance ? Vous allez pouvoir conquérir l’Europe sans tirer un coup de feu comme moi pour le retour des 100 jours, avec un coup de poker là où vous voudrez, comme pour moi à Grenoble.
  • FLS : « Le » Sarko, s’il vous plaît. Ah oui et comment ?
  • N : Comme De Gaulle et pas Gaulle ! Mais vous le savez bien !
  • FLS : Oui mais je n’ai pas de Talleyrand moi
  • N : Vous en aviez un pourtant. Oh et vous savez à part avoir négocié la position française à la force des casseroles et de la gastronomie au traité de Vienne, qui dura plus de 6 mois, il n’a pas fait grand-chose. Si je n’étais pas revenu et n’avais pas ému tout ce beau monde qui ne songeait qu’à danser et manger, ils seraient encore en train de discuter, pas étonnant que l’on ne reconnaisse la France que par la fourchette, même c’est aussi un art de vivre j’en conviens. On le rencontre dans d’autres pays du monde. Les pays de l’Est européen s’en étonnent souvent d’ailleurs. Moi je trouve que c’est perdre son temps. C’est De Gaulle qui aurait dû comprendre cela. D’ailleurs une grande dame dijonnaise l’a compris aussi en créant l’association européenne d’un monde à table. 
  • FLS : Oui … mais bon, faut passer à autre chose.
  • N : En tout cas, n’oubliez pas que les pays de l’Est européen ont beaucoup apprécié la France napoléonienne. Il faut aller au-delà des pays de la vieille Europe et montrer que vous êtes un leader fort et fiable. Ils vous suivront partout croyez moi !
  • FLS : Vous pensez ? Ne vouliez-vous pas simplement en faire un glacis entre la France et la Russie ? Etait-ce votre politique de voisinage ? Vous savez qu’à part la France, tous les pays pensent que la défense est étasunienne et otanesque ?
  • N : Peut-être… Je ne l’appelais pas comme cela. Au fait vous êtes copain avec le Russe, non ?
  • FLS : Oui, on ne boit pas une goutte d’alcool et faisons du sport… à part ça…
  • N : Mais si, cela se voit…Il y a peut-être quelque chose à faire vous ne pensez pas ? Mais attention à la manipulation… Oh pardon … Ma voiture m’attend
  • FLS : Votre voiture ?
  • N : Oui avec les phares à droite.. vous savez ?
  • FLS : Pardon ?
  • N : Ben oui, même si la conduite et le croisement par la gauche, à  l'anglaise, sont normales pour mieux se protéger, la conduite à droite…C’est moi ! Les lampes avaient été installées à droite… Mais par contre on a adopté les phares blancs des allemands… C’est ça la normalisation européenne !…Il parait que Louis Gallois s’oppose à la normalisation allemande des bornes de rechargement de véhicules électriques. Il n’a pas fait le deuil d’EADS celui-là !Tiens rappelez vous que le train inventé en Angleterre roule à gauche et que le métro, par contre, roule à droite ! Allez au revoir ! Je compte sur vous !

 

A retrouver sur le site ainsi que dans toutes les librairies en ligne 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article