Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par I.R.C.E. - Institut de Recherche et de Communication sur l'Europe - Le Think et Do Tank des dynamiques européennes

Dans la suite des deux premiers articles sur la Chine au secours de l’Europe (?) il aura fallu cette une épidémie en provenance de Chine pour réveiller certaines réalités de crise et déclencher certaines actions au niveau européen et des Nations, notamment en terme de solidarité. L’heure devra aussi être à la capitalisation et au courage du retour d’expérience pour aller au-delà de mesures ponctuelles. L’occasion sera aussi de faire le point sur l’état des lieux de l’autonomie européenne sur certains sujets stratégiques.

 

Par François CHARLES

Economiste, Expert stratégie, management, affaires européennes et internationales, Président de l’I.R.C.E.

 

Il s’agit de la première épidémie de ce genre avec mise en quarantaine dans une Europe moderne unie dans la diversité qui doit montrer sa capacité d’agir sur les flammes et gérer le coupe-feu par des mesures innovantes mais aussi se rappeler des anciennes dispositions lors de la peste mais aussi Ebola en Afrique, qui semble bien loin de l’Europe mais qui peut aussi apprendre des autres. Et en terme de risque latent, n’oublions pas que personne n’est plus vacciné contre la variole.

 

Les réactions ne se sont pas faites attendre dans l’opinion publique, souvent non ou peu informée, ne reprenant que les slogans d’inertie et blâmant les relations bilatérales de certains pays avec la Chine. Devions-nous fermer toute correspondance et refuser l’aide chinoise ? Les avions ont-ils bien été décontaminés ?

 

Nous aimons réagir en situation de crise avérée pour éviter d’être blâmé en cas d’erreur. La France, dont les études montrent le lien d’origine de contamination en Europe, est passée ensuite rapidement d’un état d’urgence économique à un état de guerre en employant les même solutions que l’Espagne et l’Italie qui ne semblent pas avoir employé ce terme comme, pour l’épisode de Charlie. Des mesures opérationnelles ont été prises mais peut-être tardivement quand il a fallu trois mois en Chine pour enrayer et stabiliser la situation avec des mesures drastiques avec notamment la construction d’hôpitaux.

 

La fermeture concertée de l’espace Schengen va permettre l’isolement en évitant notamment le risque systémique du Royaume-Uni qui n’a pas encore pris de mesures strictes réclamées par la population, comme si elle se sentait désormais protégée de l’Europe. On peut aussi de demander si les renforts envoyés par certains pays à la frontière Grecque pour les migrants ne seraient pas  finalement liés au virus.

 

Reconnaissons les actions rapides de déblocage de fonds prises au niveau européen pour des mesures adaptées ainsi que les décisions de protection prises par le Conseil s’agissant des domaines souverains. Nous sommes conscient des réalités de prises de décision et de solidarité dans cette Europe unie dans la diversité qui nécessite des approches communes et spécifiques dans les domaines d’intervention réservés, partagés ou instruits par subsidiarité pouvant réduire l’efficacité connue en Chine. Montesquieu aurait pu analyser quel était le système le plus adapté en situation de crise entre une Démocratie, une République ou une dictature selon l’esprit des Lois. Certaines autres questions restent en suspens.

 

Quelles mesures opérationnelles auraient pu être prises plus tôt ? Grâce à l’aide européenne, quelles actions précises, communes ou spécifiques, ont-elles été ou seront envisagées dans chaque pays « sur les flammes et le coupe-feu » et pour quels résultats attendus ? Des zones de risque systémiques avec risques acceptables et inacceptables ont-elles été identifiées, sur quels critères et avec quelle recommandations et actions adaptées ou généralisables ? Quels risques sous-jacents non sanitaires ont pu être identifiés ? Est-il prévu de réaliser et de capitaliser un retour d’expérience et l’avez-vous fait sur d’autres expériences passées ?

 

Est-ce normal que la durée d’alerte et de confinement soit différente entre les pays ? La France s’est déclarée en état d’urgence économique puis en état de guerre avec la réunion de son conseil de défense et peut-être utilisation de l’art 16 de sa constitution. Qu’en est-il pour les autres nations et avec quels impacts différents sur la gestion de crise ? N’est-il pas opportun de créer dans des délais brefs, des hôpitaux spécialisés dans chaque grande région NUTS ? Quelles actions semblent plus réalisables dans certains pays que dans d’autres ?

 

Peut-être est-ce l’occasion à l’UE de montrer sa place de  gestionnaire de crises en complément de l’OTAN que nous avions appelé à s’occuper également des frontières pour la crise des migrants ? N’est-ce pas opportun d’aborder la notion de défense civile et économique européenne ? Le droit européen peut-il évoluer comme en temps de guerre pour des prises de décision et les droits avec révision des domaines réservés, partagée et de subsidiarité ?

Existe-t-il une solidarité du risque et sinon quelles mesures pourraient faire évoluer les prises de décision, si possible avec discernement, qui ne vont pas forcément dans le sens voulu si l’on se rappelle, dans un autre sujet de pollution, qu’un viticulteur jugé à risque par ses voisins, car il n’avait pas traité son terrain, avait été relaxé en appel…

 

Au niveau scientifique, une capitalisation des anciennes recettes qui ont ou non fonctionné auparavant est-elle prévue afin de gagner du temps et de l’argent ? Les solutions disruptives pourront aussi être utilisée pour congeler le permafrost avec l’énergie de petites centrales nucléaires afin d’éviter la réapparition d’anciens virus ?

 

Au niveau économique, d'où vient l'argent ? Les mesures économiques ne sont-elles que du ressort des Etats en cas de crise ? Les dépenses nationales spécifiques seront-elles déduites de la comptabilité des déficits ? Quelle est la part réservée aux PME dans les dispositifs économiques promis et avec quel plan de continuité à court ou moyen terme ? Les données enregistrées sur les flux extra-européens seront-elles exploitées afin de faire le point sur l’état des lieux de l’autonomie européenne sur certains sujets stratégiques ? Les supermarchés resteront a priori  approvisionnés, avec risque de contamination entre clients, mais qu’en sera-t-il des transports transfrontaliers d’approvisionnement du marché unique utilisés pour assurer l’alimentation des Européens comme avec la PAC après-guerre, si les frontières sont fermées, ce qui devrait profiter aux économies de proximité et aux initiatives privées.

 

Il s’agira aussi d’en profiter pour enregistrer les effets de la baisse d’activité sur le réchauffement climatique autant que pour la santé par réduction de la pollution. Et peut-être remercierons-nous également la Chine pour la relance de natalité engendrée par le confinement ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article