Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par I.R.C.E. - Institut de Recherche et de Communication sur l'Europe - Le Think et Do Tank des dynamiques européennes

La Force de gendarmerie européenne (FGE) et European Union Police and Civilian Services Training (EUPCST)

Site ministère français des armées

La Force de gendarmerie européenne (FGE)

  •  
  •  
  •  
  •    
Actualización  : 30/05/2017

Déployable sous commandement civil ou militaire, la FGE est une organisation dédiée à la gestion des crises extérieures, adaptée à la diversité des contextes de l’action internationale dans les zones de tension.

Issue d’une initiative française, la FGE a été créée en 2004. Elle est constituée de neuf pays disposant de forces de type gendarmerie :

- sept pays membres : France, Italie, Espagne, Pays-Bas, Portugal, Roumanie et Pologne, au titre d’États membres de l’Union européenne qui possèdent des forces de police à statut militaire ;

- un pays partenaire : Lituanie, pays membre de l’UE dont la force à statut militaire n’exerce pas l’ensemble des missions de police ;

- un pays observateur : Turquie, au titre d’État candidat à l’entrée dans l’UE.

Une mission résolument tournée vers l'action

Ayant vocation à servir prioritairement la politique de sécurité et de défense commune (PSDC) de l'UE, la FGE peut également être engagée dans d’autres cadres (ONU, OTAN, OSCE…). Le renforcement continu de ses liens avec ces différentes organisations internationales est un élément clé pour le succès des missions dans lesquelles elle est déployée.

La FGE dispose de modes d'action très variés du fait de sa robustesse et de ses savoir-faire : elle peut intervenir en substitution ou en renforcement des forces de police locales, contribuer à leur reconstruction ou encore participer à des opérations humanitaires.

Le caractère militaire de la FGE lui permet d’être engagée sur un large spectre de crises, depuis la phase militaire jusqu’à la phase de stabilisation, voire à titre préventif sans force militaire déployée. N'ayant pas de légitimité à intervenir sur le territoire de l'UE, la FGE peut toutefois concourir, à partir d'un théâtre extérieur, à la sécurité intérieure de l'espace européen en contribuant à la lutte contre le terrorisme, les grands trafics illicites (êtres humains, drogues ou armes), ou bien encore les filières d'immigration illégale.

Fonctionnement

Un comité interministériel de haut niveau (CIMIN) assure la direction politico-stratégique de la force. Il est formé des directeurs et commandants généraux des forces qui la composent, et des hauts représentants des Affaires étrangères. Sa présidence, annuelle, a été assurée par la France en 2014.

Au niveau opérationnel, la FGE dispose d’un état-major permanent de 38 militaires, dont 6 Français, basé à Vicenza (Italie). Elle ne possède pas de forces permanentes mais est théoriquement en mesure de déployer sur un théâtre extérieur 800 personnels dans les 30 jours qui suivent la décision d'engagement.

Des engagements opérationnels croissants sur un champ d'action de plus en plus vaste

Depuis sa création, la FGE a montré sa réactivité et la diversité de ses capacités dans différents contextes opérationnels.

2007 à 2010 : Bosnie (mission militaire européenne EUFOR ALTHEA)

→ maintien de l’ordre et soutien au Tribunal pénal international – 123 personnels (Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Portugal, Roumanie, Turquie).

2010 : Haïti (mission des Nations Unies MINUSTAH)

→ suite au tremblement de terre, appui des forces de police de la MINUSTAH et assistance à la police haïtienne et aux agences humanitaires – 300 personnels (Espagne, France, Italie).

Depuis 2009 : Afghanistan (mission OTAN NTM-Afghanistan puis Resolute Support depuis janvier 2015)

→ formation et tutorat de la police afghane, conseil stratégique contribuant à la lutte contre le terrorisme – 411 personnels (Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Turquie).

Depuis mai 2014 : République centrafricaine (opération militaire européenne EUFOR RCA jusqu'en mars 2015 puis opération EUMAM RCA)

→ accompagnement opérationnel des forces de sécurité intérieures à Bangui, conseil et sécurité des populations – 101 personnels (Espagne, France, Lituanie, Pologne).

Depuis juillet 2014 : Mali (mission civile européenne EUCAP Mali)

→ soutien à la reconstruction des capacités de la gendarmerie et de la garde nationale par du conseil de haut niveau – 17 personnels (Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Roumanie).

La FGE est également régulièrement sollicitée pour assurer des missions d'expertise de courte durée. Elle participe ainsi à des travaux spécifiques de planification policière au profit des organisations internationales en vue du lancement ou du renforcement de différentes missions: EUFOR RCA, mais aussi EUBAM Rafah, EUMM Géorgie, équipe de liaison et de planification pour la Libye… Elle peut en outre mettre à disposition des équipes d'experts pour assurer des formations thématiques de courte durée : en janvier et février 2016, 4 spécialistes de la FGE ont ainsi formé au maintien de l'ordre des policiers ukrainiens dans le cadre de la mission EUAM Ukraine.

La FGE est actuellement présidée par l'Espagne et commandée par un officier général français.

Par sa polyvalence et sa capacité de mobilisation et de mutualisation des capacités de ses membres, la FGE démontre la plus-value fournie par les forces de type gendarmerie dans la réponse aux crises et la pertinence de son modèle au profit de la stabilité globale.

Retrouvez plus d'informations sur le site de la Force de gendarmerie européenne :

http://www.eurogendfor.org/francais

SIte Ministère de la défense néerlandais

European Union Police and Civilian Services Training

From 2019 to 2022, the Royal Netherlands Marechaussee will be chair of the European Union Police and Civilian Services Training (EUPCST). This is a coalition of 23 European gendarmerie forces, police forces and civilian parties.

Network members work together in developing and transferring knowledge and skills for international missions. The different organisations train together, gather together during training programmes, and share knowledge in congresses and workshops.

Each year, the European Commission makes funds available to organise training programmes for police personnel from the Member States of the European Union. These training programmes are intended as a preparation for police missions.

EUPCST

The aim of the EUPCST-programme is to build up police capabilities such as interoperability (cooperation), harmonisation (standardisation) and an international network. These capabilities are required to participate in international crisis management operations of the European Union, the United Nations, the African Union and other international organisations. The programme comprises larger exercises, task-specific training programmes and academic knowledge transfer. In practice this means that local people receive support in building up their own organisation, for example in the aftermath of a crisis in their country.

Follow-up to previous programmes

EUPCST 2019-2022 is a follow-up of the European Union Police Forces Training (EUPFT) in 2008-2010, the European Union Police Services Training (EUPST I) in 2011-2013 and EUPST II in 2015-2018.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article