Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par I.R.C.E. - Institut de Recherche et de Communication sur l'Europe - Le Think et Do Tank des dynamiques européennes

Suite à nos premières actions dans le monde agricole pour préparer l'actuelle Politique Agricole Commune (PAC) ont donné lieu à près d'une centaine exploitations d'élevage, céréales et mixte, contentes de rencontrer une personne indépendante, au grand étonnement de certains élus locaux,

nous sommes cette fois allés visité certaines exploitations viticoles dans plusieurs régions en France et en Espagne afin notamment d'analyser l'impact des incitations en faveur du BIO en vue cette fois des nouvelles négociations PAC

Dans la suite d'un dernier courrier envoyé au Commissaire européen, nous aborderons cette fois que le bio devrait être une référence de nutrition et de bien-être avec un modèle économique à trouver pour permettre l'accès de ces produits à toutes les bourses évitant de nombreuses dépenses de santé, au delà des simples incitations ou autres mesures concrètes des incitations sur le cout de revient pour notamment l'accès au plus grand nombre et pouvoir réduire les prix. Pourquoi pas une taxation des produits non bios pour mieux inciter sur le bio et le normaliser sans en augmenter le prix comme lors de la mise en place du carburant sans plomb et sans compensation étatique.

Notre constat est que, si l'agriculture est devenue plurielle sur ses métiers et sur les aides entre éleveurs et céréaliers, la viticulture semble être restée assez homogène sur le fait qu'elle ne semble ne disposer d'aucune aide, ne pas y croire, voire ne semble vouloir être aidée rappelant les contraintes administratives mais peut-être aussi par soucis d'indépendance, comme avec des recherches non subventionnées en laboratoire. Peut-être aussi en considération particulière des produits, jugés non essentiels à la vie comme peut l'être l'agriculture, voire produit de luxe, mais où le bio devrait aussi devenir la norme quel que soit la gamme du produit, notamment aussi et surtout pour sauvegarder la santé des viticulteurs, ce qui est finalement un des rares liens avec le monde agricole.

Des aides pourraient être concentrée sur la biodynamie avec une certification à la clé au delà d'un label avec un cahier des charges indépendant comme par exemple celui de Demeter au delà du simple bio qui admet un minimum de sulfites, avec également un fonds de garantie devant les risques rajoutés.

Enfin, si nous avons été surpris par certains domaines en bord d'autoroute, la vigne a grand gabarit est apparue ingénieuse en terme d'énergie basse consommation et contre les risques en utilisant ici des panneaux solaires pour l'énergie des arrosages ou pour maintenir les caves à température, et là des éoliennes ayant le rôle de tours antigel par brassage du vent, certes en pouvant aussi générer de l'énergie pour l'exploitation en complément du solaire.

Voir ci-après les liens sur : 

- l'agriculture bio et la PAC

- les échanges entre l'IRCE et le Commission

- les propositions sur la PAC après 2020

- l'utilisation des fonds structurels, dont agricoles

- la biodynamie, 

- les documents d'étonnement et d'appréciations des 4 domaines visités parlant notamment du terroir et des excellents produits à consommer bien entendu avec modération. 

DOCUMENT D'ETONNEMENT BODEGA BENTOMIZ (ESPAGNE ANDALOUSIE)

DOCUMENT D'ETONNEMENT DOMAINE CHICOTOT (BOURGOGNE)

DOCUMENT D'ETONNEMENT CHATEAU D'ARLAY (JURA)

DOCUMENT D'ETONNEMENT CHATEAU HAUT-BERGEY (GIRONDE - BORDEAUX)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article